accueil > archives > éditos


Les Etats-Unis déplacent leur poids diplomatique
pour refléter le nouvel ordre mondial

Par Larry Elliott, rédacteur économique
The Guardian , mercredi 1er mars 2006


Les Etats-Unis vont envoyer 15 diplomates supplémentaires en Chine, 15 en Amérique Latine et 12 en Inde, en tant que mesures partielles d'une restructuration majeure de leur politique étrangère pour les prochaines décennies.

Les ambassades en Europe perdront 38 diplomates, dont un en Grande-Bretagne, une réflexion selon quelle les fronts économiques, politiques et religieux se sont déplacés ailleurs.

Condoleeza Rice, la secrétaire d'état américaine, qui accompagne George Bush dans sa visite à l'Inde, au Pakistan et à l'Afghanistan, a déclaré en janvier que des centaines de diplomates seraient déplacés d'Europe et de Washington vers l'Asie, le Moyen-Orient et l'Afrique.

Le déplacement du poids diplomatique de Washington arrive après un rapport du Pentagone du mois dernier qui envisage une "longue guerre" contre le terrorisme dans laquelle un effort majeur de propagande serait nécessaire pour gagner les cœurs et les esprits dans le monde musulman.

L'agence de presse Associated Press a obtenu une liste des changements proposés. Les nouvelles affectations indiquent les pays identifiés par Washington comme rivaux ou partenaires économiques et politiques, tels que la Chine et l'Inde, de même que les points chauds potentiels.

Les positions existantes reflètent l'importance de l'Europe pour les Etats-*Unis pendant la Guerre Froide. L'Europe était aussi considérée comme une affectation relativement peinarde pour les diplomates américains, à l'exception de ceux qui étaient en poste en Russie et en Europe de l'Est avant la chute du Mur de Berlin en 1989.

La liste du département d'état montre que la plus grande réduction dans le monde sera en Russie, où l'ambassade des Etats-Unis supprimera 10 postes. L'Allemagne en perdra sept et des pays comme la Belgique, la Pologne, l'Italie et l'Espagne en perdront deux ou trois chacun.

L'augmentation du nombre de diplomates en Chine est une reconnaissante de la part de Washington, non seulement de son importance, mais d'une possible menace militaire contre les intérêts américains dans les pays de la ceinture du Pacifique et ailleurs en Asie, ainsi que le danger posé par les questions territoriales non-résolues comme Taiwan.

L'autre priorité pour les Etats-Unis est l'Inde, pas moindre pour contrebalancer la Chine. Les relations entre les Etats-Unis et l'Inde ont fréquemment été tendues depuis l'indépendance, avec New Delhi qui est un leader du Mouvement Non-Aligné et souvent plus proche de Moscou que de Washington.

M. Bush et Mme Rice trouveront là-bas des restes puissants d'opposition de gauche envers les Etats-Unis dans le gouvernement de coalition et dans le public. Environ 1.000 manifestants de sont rassemblés à Mumbai, hier, brandissant des banderoles disant : "Devil Bush Go Back" [Bush-le-diable rentre chez toi]. Robert Pearson, qui a pris sa retraite lundi et qui était le directeur général du service des affaires étrangères après 30 années de carrière diplomatique, a dit à l'AP que la démographie était un élément majeur justifiant la plupart des déplacements de personnel. Il a déclaré que les populations combinées de l'Amérique du Nord et de l'Europe ne représenteront pas plus de 10% de la population mondiale d'ici le milieu du siècle. "Nous pouvons voir que l'étendue du changement et sa cadence est à présent situé dans un autre groupe de 15 à 25 pays, qui sont dans un processus d'essayer d'atteindre le niveau des démocraties industrielles modernes", a dit M. Pearson.

Les déplacements diplomatiques proposés constituent une reconnaissance du fait que les Etats-Unis perdent de l'influence dans ce qu'ils ont toujours considéré être leur arrière-cour. Quatre diplomates supplémentaires iront en Bolivie, qui vient juste d'élire un président socialiste, Evo Morales, quatre au Venezuela, dont le président de gauche, Hugo Chavez, ne mâche pas ses mots lorsqu'il critique des Etats-Unis, et quatre au Nicaragua. Trois seront affectés en Equateur.

Cinq diplomates supplémentaires seront affectés en Indonésie, qui a une population de 240 millions d'habitants et qui est principalement musulman. Il y a eu une recrudescence d'activité terroriste dans ce pays, notamment l'attentat à la bombe de Bali.

Traduit de l'anglais par Jean-François Goulon